By using this site, you agree to its use of cookies as provided in our policy.

Église Saint-Pierre de Juicq, Nouvelle Aquitaine, France
Posted by: Groundspeak Premium Member sara et gege
N 45° 50.350 W 000° 33.767
30T E 689264 N 5079067
Quick Description: the church is isolated but not far from the center l'eglise est isolé mais pas tres loin du centre
Location: Nouvelle-Aquitaine, France
Date Posted: 5/1/2019 1:18:50 AM
Waymark Code: WM10FVY
Published By: Groundspeak Premium Member fi67
Views: 1

Long Description:
source Val de Saintonge:
Historical
The church of Juicq, dedicated to St. Peter, is a Romanesque building of the 12th century built on the hillside. Partly ruined, it was rebuilt in the 13th century, then sacked in the 16th century and repaired from the 17th century to the 20th century.
From the Romanesque period, there remain on the south facade, only two small narrow bays, the remains of a second window larger than you supported by columns with bare capitals. On the bedside is also distinguished an old Romanesque bay, one of the columns still visible is a marquee carved with foliage. The western facade, meanwhile, preserved its Romanesque elements.
The north and south walls, pierced by bays of the 13th century and punctuated by buttresses, show numerous destructions and masonry recoveries.

From the first half of the 19th century, several repair and restoration campaigns were carried out on the church. In 1836, the roof of the church and other minor repairs were executed by the contractor Créon. The decision to build a sacristy was deliberate in the city council and approved by the prefect in 1852.
The exterior walls have been repaired several times but important work was done in particular in 1865 and 1886. In 1865, a deliberation talks about the restoration of a wall of the church by Mr. Rosier, stonemason, and in 1886 , a credit opening is requested by the municipality because a wall collapsed under the abundance of rain.

In 1892, the mayor explained to the municipal council that on December 20, 1891, when the services were ringing, the bell of the church split and produced only a derisory sound. He then informs the council of the urgency to replace the bell and to take the necessary measures in case of purchase of a new one. The council, which approves the replacement of the bell, however, reserves a reservation on the impossibility of the municipality to financially secure the total cost of this purchase. The council decides to take charge of the purchase of 60 kg of metal and to pay the rest according to the generosity of the inhabitants.
In 1893, the old bell came down from the bell tower and the new one, bought from Mr. Bégaud, blacksmith, is installed. On this bell are also distinguished the date 1893, the inscription Church of St Pierre de Juicq, others not very legible, a cross and floral motifs.

In 1907, the mayor asked the council to examine the application of the law on the separation of state property and church, resulting in the lease of the latter to the parish priest. The members of the council refuse this proposal, arguing their will to preserve the freedom of all the citizens of the commune, and decide to leave the church at the disposal of all, without financial compensation from the parish priest.

In the years 1969-1970, the walls were consolidated and a 19th century side chapel and a wooden vault were demolished. This work would have been done, according to the archives, by Mr. Morin, roofer, and the company Reynaud brothers, masons.
At the end of the 20th century, the municipality decided to undertake restoration work on the west facade, to partially take up the foothills of the north facade and to completely redo the roof by incorporating the roof structure. This restoration project of the western facade, according to a study of the architect V. Danchin of La Rochelle, consisted in the stabilization of the masonry, with a link with the north and south faces, the restitution of the original portal and the reconstruction of the square at its original level.

Inside, the various destructions and restorations are visible. Ancient Romanesque bays stand out on the south wall, the remains of an ancient vault are visible in the four corners, materialized by columns with capitals supporting departures of ribs of the 13th century.
The choir, raised by two steps, is illuminated by three third-point windows.
Main date (s): 12th century; 13th century; 19th century ; 20th century
Author (s): Créon (entrepreneur); Rosier (stonemason); Begaud (foundry); V. Danchin (architect); Reynaud brothers (mason)
Reason for award: awarded by source

Description
The western facade is flanked on either side by a flat buttress. The portal, semicircular, consists of four voussoirs with capitals carved rings. The upper voussure is surmounted by a archivolt carved with diamond points. Molded abacuses, with a checkerboard pattern in the center, extend on the bare walls.
Above, a semicircular window is surmounted by a archivolt in diamond points. A cornice supported by modillions is located at the base of the bell tower, itself pierced by two openings, one of which hosts the bell.

source Val de Saintonge :
Historique
L'église de Juicq, consacrée à saint Pierre, est un édifice roman du 12e siècle érigé à flanc de coteau. En partie ruinée, elle fut reprise au 13e siècle, puis saccagée au 16e siècle, elle a été réparée à partir du 17e siècle jusqu'au 20e siècle.
De l'époque romane, il ne subsiste, sur la façade sud, que deux petites baies étroites, les vestiges d'une deuxième fenêtre plus grande à voussure soutenue par des colonnes à chapiteau nu. Sur le chevet se distingue également une ancienne baie romane dont une des colonnes encore visibles est dotée d'un chapiteau sculpté de feuillages. La façade occidentale à, quant à elle, conservée ses éléments romans.
Les murs nord et sud, percés de baies du 13e siècle et rythmées par des contreforts, montrent de nombreuses destructions et reprises de maçonnerie.

À partir de la 1ère moitié du 19e siècle, plusieurs campagnes de réparations et restaurations ont été réalisées sur l'église. En 1836, la toiture de l'église et d'autres légères réparations ont été exécutées par l'entrepreneur Créon. La décision de construire une sacristie a été délibérée en conseil municipal puis approuvée par le préfet en 1852.
Les murs extérieurs ont été réparés à plusieurs reprises mais des travaux importants ont notamment été faits en 1865 et en 1886. En 1865, une délibération parle du rétablissement d'un mur de l'église par monsieur Rosier, tailleur de pierres, et en 1886, une ouverture de crédit est demandée par la municipalité car un mur s'est écroulé sous l'abondance de la pluie.

En 1892, le maire expose au conseil municipal que le 20 décembre 1891, au moment où l'on sonnait les offices, la cloche de l'église s'est fendue et ne produit plus qu'un son dérisoire. Il fait alors part au conseil de l'urgence de remplacer le cloche et de prendre les moyens nécessaires en cas d'achat d'une nouvelle. Le conseil, qui approuve le remplacement de la cloche, émet toutefois une réserve sur l'impossibilité de la commune à assurer financièrement le coût total de cet achat. Le conseil décide donc de prendre en charge l'achat de 60 kg de métal et de payer le reste suivant la générosité des habitants.
En 1893, l'ancienne cloche est descendue du clocher et la nouvelle, achetée à monsieur Bégaud, forgeron, est installée. Sur cette cloche se distinguent d'ailleurs la date 1893, l'inscription Eglise de St Pierre de Juicq, d'autres peu lisibles, une croix et des motifs floraux.

En 1907, le maire demande au conseil d'examiner l'application de la loi sur la séparation des biens de l'état et de l'église, entraînant la location de cette dernière au curé. Les membres du conseil refusent cette proposition, argumentant leur volonté de conserver la liberté de tous les citoyens de la commune, et décident de laisser l'église à la disposition de tous, sans contrepartie financière de la part du curé.

Dans les années 1969-1970, les murs ont été consolidés et une chapelle latérale du 19e siècle et une voûte en bois ont été démolies. Ces travaux auraient été réalisés, d'après les archives, par monsieur Morin, couvreur, et l'entreprise Reynaud frères, maçons.
À la fin du 20e siècle, la municipalité décide d'entreprendre des travaux de restauration de la façade ouest, de reprendre partiellement les contreforts de la façade nord et de refaire entièrement la toiture en y intégrant la charpente. Ce chantier de restauration de la façade occidentale, d'après une étude de l'architecte V. Danchin de La Rochelle, consistait en la stabilisation des maçonneries, avec une liaison avec les faces nord et sud, la restitution du portail d'origine et la reconstruction du parvis à son niveau primitif.

À l'intérieur, les différentes destructions et restaurations sont visibles. Des anciennes baies romanes se distinguent sur le mur sud, les restes d'une ancienne voûte sont visibles dans les quatre angles, matérialisés par des colonnes engagées à chapiteaux soutenant des départs de nervures du 13e siècle.
Le choeur, surhaussé de deux marches, est éclairé par trois fenêtres en tiers-point.
Datation(s) principale(s) : 12e siècle ; 13e siècle ; 19e siècle ; 20e siècle
Auteur(s) : Créon (entrepreneur) ; Rosier (tailleur de pierre) ; Bégaud (fondeur) ; V. Danchin (architecte) ; Reynaud frères (maçon)
Justification de l'attribution : attribué par source

Description
La façade occidentale est flanquée de chaque côté d'un contrefort plat. Le portail, en plein cintre, se compose de quatre voussures à chapiteaux sculptés d'anneaux. Le voussure supérieure est surmontée d'une archivolte sculptée de pointes de diamants. Des abaques moulurés, et portant au centre un dessin en damier, se prolongent sur le nu des murs.
Au-dessus, une fenêtre en plein cintre est surmontée d'une archivolte en pointes de diamants. Une corniche soutenue par des modillons se situe à la base du clocher pignon, lui-même percé de deux ouvertures, dont une accueille la cloche.
La façade sud est dotée de contreforts plats, de deux fenêtres étroites, des vestiges d'une fenêtre romane dont subsiste seulement une colonne et un départ de voussure, une fenêtre encadrée de colonnes à chapiteaux sculptés de feuillages et enfin des vestiges d'une corniche soutenue par des modillons.
La façade nord, percée d'une fenêtre analogue à celle de la façade sud, comporte également des contreforts plats et des modillons au sommet de la première travée.
Le chevet est limité, à chaque angle, par deux contreforts plats et on y remarque les vestiges d'une grande fenêtre dont une des colonnes a son chapiteau sculpté de larges feuillages.
La sacristie, adossée au chevet, est couverte d'une toit à longs pans en tuile creuse et est percée d'une fenêtre a appui saillant sur sa face sud.

À l'intérieur, le vaisseau unique est couvert par une charpente apparente en bois et pavée d'un dallage de pierres. Le mobilier se compose de trois autel en bois peint et sculptés, de deux cuves baptismales placées à l'entrée et d'une plaque en mémoire du curé J.B. Poupard, inhumé dans l'église de Juicq en 1885.
Technique du décor : sculpture
Précision sur la représentation : Voussures du portail supportées par des châpiteaux sculptés d'anneaux. Archivolte au-dessus du portail sculptée de pointres de diamants.
Cloche ornée d'une croix et de motifs végétaux.

Val de Saintonge : (visit link)
Web site proof of Romanesque features: [Web Link]

Date of origin: 1/1/1200

Type of building (structure): Church

Address:
Cote de Juicq 17700 Juicq


Architect(s) if known: Not listed

Visit Instructions:
Logging requirements: Please upload your own personal photo of the building. You or your GPS can be in the picture, but it’s not a requirement.
Search for...
Geocaching.com Google Map
Google Maps
MapQuest
Bing Maps
Trails.com Maps
Nearest Waymarks
Nearest Romanesque Architecture
Nearest Geocaches
Nearest Benchmarks
Nearest Hotels
Create a scavenger hunt using this waymark as the center point
Recent Visits/Logs:
Date Logged Log  
sara et gege visited Église Saint-Pierre de Juicq, Nouvelle Aquitaine, France 7/19/2019 sara et gege visited it